Une étude de l'Université de Georgetown (États-Unis) révèle qu'un accès plus large aux produits de vapotage en Australie pourrait prévenir jusqu'à 104 200 morts d'ici 2080.

Une étude menée par une institution de premier plan étudie l'impact potentiel sur la santé publique de la réduction des restrictions sur les produits de vapotage en Australie. Le manuscrit accepté, publié dans la revue Nicotine & Tobacco Research, a été rédigé par d'éminents chercheurs Professeurs David Levy, Coral Gartner, Ron Borland et Michael Cummings.

La méthodologie de l'étude est basée sur un outil de recherche connu sous le nom de Smoking And Vaping Model (SAVM), qui a été développé par Professor Levy et al pour étudier l'impact que l'utilisation de produits de vapotage de nicotine (NVP) dans le Les États-Unis auraient sur la santé publique (voir ici).

SAVM adopte une approche de cohorte en comparant les décès attribuables au tabagisme et aux NVP et les années de vie perdues dans le cadre d'un scénario sans NVP et d'un scénario NVP. Les estimations scénarisées étaient basées sur les tendances australiennes et américaines, avec des données provenant des sources suivantes : Enquête nationale australienne sur la santé, le Réseau de modélisation des interventions et de la surveillance du cancer (CISNET) et Enquêtes nationales américaines sur la santé ( SNIS). Les différences de résultats en matière de santé publique ont été mesurées comme la différence entre les décès attribuables au tabagisme et au vapotage (SVAD) et les années de vie perdues (LYL) dans les scénarios de NVP restreint et permissif, avec une analyse de sensibilité concernant le risque excédentaire de NVP et d'autres facteurs.

Résultats chez les hommes : selon la réglementation actuelle, le taux de tabagisme en Australie passerait de 14,5 % en 2021 à 7,6 % en 2080. Si les restrictions sur l'achat de produits de vapotage étaient levées, le taux tomberait plutôt à 11,1 % en 2026 et 2,2 % en 2080.

Résultats chez les femmes : les différences étaient plus subtiles ; dans le cadre d'un accès restreint aux produits de vapotage, la prévalence du tabagisme se terminerait à 4,8 % en 2080, contre 1,7 % dans le scénario permissif.

Conclusions

Selon cette étude, il y aurait une réduction totale des décès attribuables au tabagisme et au vapotage (SVAD) de 7,7 % (104,2 pour mille) d'ici 2080 et une réduction de 17,3 % des années de vie perdues (LYL), par rapport à la réglementation actuelle.

Les résultats de la modélisation suggèrent que "l'assouplissement des restrictions d'accès aux NVP en Australie est susceptible de produire un bénéfice net pour la santé publique". Cependant, les auteurs déclarent également que "lle nombre estimé de décès évités grâce à la politique d'assouplissement est sensible aux hypothèses sur les risques relatifs présumés de l'utilisation de NVP par rapport au tabagisme et aux estimations du passage des cigarettes aux NVP".

Pourquoi cette étude est-elle significative ? Il présente des preuves et des données évaluées par des pairs qui démontrent l'effet potentiel sur la santé publique en Australie si les restrictions actuelles sur les produits de vapotage étaient assouplies. Il présente également des données pour montrer l'impact si les restrictions ne sont pas assouplies, le démontrant en termes de décès et de vies sauvées. Par conséquent, cette étude fournit un argument convaincant pour évaluer l'impact sur la santé publique d'un accès restreint aux produits de vapotage, ce qui a des conséquences contre-intuitives. Cette étude devrait éclairer la politique antitabac du gouvernement australien et pourrait servir de document de plaidoyer dans les pays où le vapotage est interdit ou restreint.

Cliquez ici pour lire le manuscrit complet.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la réduction des méfaits du tabac et les produits de sevrage tabagique. Consultez notre page de ressources pour en savoir plus.

further reading